Réhabilitation & extension du refuge de l'Arpont

termignon

Réhabilitation & extension du refuge de l'Arpont
Réhabilitation & extension du refuge de l'Arpont
Réhabilitation & extension du refuge de l'Arpont
Réhabilitation & extension du refuge de l'Arpont
Réhabilitation & extension du refuge de l'Arpont
Réhabilitation & extension du refuge de l'Arpont
Réhabilitation & extension du refuge de l'Arpont
Réhabilitation & extension du refuge de l'Arpont

Le nouveau volume contemporain est un point de repère qui brille au soleil : lointain signal il oriente et rassure le promeneur ou l’alpiniste.

Notre parti architectural est une approche sensible, la plus fidèle possible à la nature environnante et aux constructions des alpages. Le programme est conséquent car il s’agit de doubler la surface de l’actuel refuge, composé aujourd’hui de deux très beaux volumes en pierres massives. L’architecture proposée suit les principes de la composition existante avec un volume de plus grande ampleur qui trouve sa place à l’ouest, dans le prolongement de l’ancienne moraine.

Les trois bâtiments sont dissociés : un parti pris fort de notre projet qui répond à notre volonté de respecter la tranquillité et l’intimité du gardien, de ses aides, des besoins des grands groupes, de ceux des alpinistes et promeneurs qui ne partagent pas forcément les mêmes plages horaires ni les mêmes activités. La dissociation que nous proposons distingue deux espaces : hiver et été. Positionné et surélevé sur la moraine, le refuge est protégé des avalanches : sa façade principale est orientée plein sud.

Le bâtiment s’intègre de façon naturelle à l’ensemble dans une logique de hameau de montagne. Si la volumétrie reprend l’architecture existante des fermes traditionnelles de montagne, les nouveaux matériaux sont pour leur part, modernes ; ils correspondent aux modes de construction actuels, ainsi qu’aux besoins d’isolation forte sans inertie pour affronter les climats les plus sévères.

L’enveloppe du bâtiment est faite d’un bardage en tôle d’aluminium pliée en bout. Les joints verticaux y ont un rythme irrégulier, aléatoire comme les strates d’une face rocheuse. De couleur ardoise, le revêtement reprend les couleurs des veines de schiste qui surplombent le refuge. Cette peau joue le rôle de « corps noir » pour accumuler un maximum de chaleur pendant la journée.

Concours 2010
Client Parc National de la Vanoise
Surface 1250 m²
Écologie BEPOS
Coût 1,8 M€
fiche pdf

Voir aussi :